Contact

SOPARCO
Philippe Cohu
Le Musset
61110 CONDÉ SUR HUISNE

Tél. : 02 33 73 30 11
Fax : 02 33 73 38 06

E-mail : info@soparco.com

www.soparco.com

Accompagnement

Comme cette entreprise, vous souhaitez implanter ou développer votre activité dans l’Orne ?
 
Orne Développement est une porte d’entrée pour vous accompagner depuis le 1er contact jusqu’à la concrétisation de votre projet.
  
Contactez Orne Développement pour bénéficier d'un accompagnement gratuit, confidentiel et sur-mesure.
 › 
Services aux entreprises ›
  • Silva Créations, à La Sauvagère évolue dans tous les métiers de la tapisserie
  • Boutaux Packaging, embellisseur d'imprimés et de cartonnage à Mâle
  • Goavec, fabricant de cuves pour l'agroalimentaire, la cosmétique et la pharmacie à Alençon
  • Oxymétal Orne, leader français dans les domaines de la découpe industrielle à Chailloué
  • L'orne : 1er département français pour l'élevage de trotteur
  • Südpack Medica à Gâcé, spécialisée dans la fabrication d'emballages souples pour l'industrie médicale
  • Galvanisation dans l'entreprise Frénéhard et Michaux, spécialiste de la fabrication de châssis de toiture près de L'Aigle
  • La Patte Jeanjean, producteur de pâtes artisanales bio et légumes secs bio du Perche
  • Boutaux Packaging, embellisseur d'imprimés et de cartonnage à Mâle

Philippe COHU

SOPARCO - Condé sur Huisne

Septembre 2013

 

Forte d’un chiffre d’affaires de 35 millions d’euros réalisé sur 2 sites à Condé sur Huisne dans l’Orne et à Chaingy (Loiret), l’entreprise SOPARCO fabrique depuis plus de 40 ans des contenants en plastique et biomatériaux destinés au secteur de l’horticulture et de la pépinière. Groupe familial pour 92% de son capital, SOPARCO emploie 200 personnes.
Disposant  d’un catalogue de 500 modèles et 1500 références, SOPARCO  produit 24h/24 et 7j/7.

L’équipement industriel est composé d’environ  70 presses et thermo formeuses, pour la plupart robotisées.
Portrait de son Président Philippe COHU.

Philippe COHU, quel est a été votre parcours personnel ?


Philippe COHU

Aujourd’hui âgé de 52 ans, ingénieur de formation, j’ai intégré SOPARCO à l’âge de 24 ans, en production.
Directeur de production en 1990, puis directeur général adjoint de 1995 à 2001, j’occupe depuis cette date les fonctions de Président.

 

 

 

 

… et l’histoire de la société ?

Jusqu’en 2000 l’entreprise était la propriété du groupe ETEX qui à cette époque a souhaité se séparer de SOPARCO. Des capitaux familiaux et privés ont été alors  réunis, et depuis l’entreprise est détenue par des actionnaires de proximité.

 

"Tenir pendant la crise en poursuivant un développement régulier et harmonieux, telle est la manière dont j’exprime les choses."

 

Quelles sont aujourd’hui vos objectifs et vos priorités pour l’entreprise ?

Tenir pendant la crise en poursuivant un développement régulier et harmonieux, telle est la manière dont j’exprime les choses.
En effet, grâce à l’export qui représente 50% de notre chiffre d’affaires, grâce à l’innovation dans les matériaux et lestechnologies, à la mise en catalogue de spécialités et au dépôt de brevets, nous nous dotons des moyens de tirer notre épingle du jeu face à une concurrence internationale très vive.
Mais aujourd’hui, nous souffrons en France d’un problème majeur de compétitivité dû au niveau des charges sociales et de la fiscalité qui nous pénalisent durement face à nos concurrents européens que sont l’Allemagne et les Pays-Bas. Nous n’avons aucun problème de compétitivité technologique ou commerciale, mais essentiellement un problème de prix de revient de nos produits ! Nos dirigeants semblent en prendre conscience, c’est une bonne chose, espérons une concrétisation dans les actes.
La France a beaucoup d’atouts, et nous pourrions faire beaucoup mieux si nous n’étions pas asphyxiés par les charges et une fiscalité globale excessives !

 

 

Vous exportez pour 50 % de votre chiffre d’affaires, comment organisez-vous votre force commerciale ?

Produits SoparcoPour les plus gros marchés en Europe, Allemagne, Pays-Bas, Espagne, Grande Bretagne, nous avons mis en place des filiales commerciales dans ces pays. Les postes y sont pourvus soit par des locaux, soit par des Français, souvent jeunes diplômés qui après 2/3 ans d’activité souhaitent s’enrichir de l’expérience de l’expatriation. C’est cette dernière formule que nous privilégions actuellement car elle marche très bien.

 

 

"La France a beaucoup d’atouts, et nous pourrions faire beaucoup mieux si nous n’étions pas asphyxiés par les charges et une fiscalité globale excessives !"


Comment recrutez-vous vos salariés ? Vos cadres ?
Utilisez-vous les outils de formation présents dans l’Orne ? L’ISPA ?

Nous n’avons pas de difficulté à pourvoir nos postes positionnés sur des niveaux DUT ou BTS, par contre nous ne trouvons pas assez d’agents de production de niveau BEP. Les qualifications sont insuffisantes, il y a un désintérêt des jeunes pour ce type de poste car ces carrières n’ont pas été assez valorisées. C’est dommage car il y a des perspectives dans l’industrie en général, et dans nos activités en plasturgie en particulier.
Les outils de formation présents dans l’Orne nous sont bien connus, particulièrement l’ISPA dont nous sommes de temps en temps utilisateurs pour nos formations.


Trouvez-vous facilement, dans l’Orne ou à proximité, les services à entreprise dont vous avez besoin ?

Oui, tout à fait en matière de transports et de maintenance industrielle.
Par contre, pour ce qui est de l’acquisition de machines, les fournisseurs sont aujourd’hui essentiellement allemands, suisses ou italiens…


En matière de numérique, êtes-vous satisfait de la puissance de débit à laquelle vous avez accès ? Envisagez-vous des développements fortement consommateurs de débit ?

Depuis l’an dernier une solution déployée par Orange a été mise en place et nos débits sont meilleurs mais ils vont être rapidement saturés car effectivement nos besoins vont encore rapidement augmenter. C’est une question cruciale et nous serons très attentifs au déploiement de nouvelles solutions à travers le Schéma départemental d’aménagement numérique de l’Orne.

 

En conclusion…

Comme mes très nombreux collègues responsables d’entreprises de taille petite et moyenne, 30 à 200 personnes, exposés à la conurrence internationale, nous ne demandons que 2 choses : un coût du travail et une fiscalité harmonisés avec nos concurrents des pays développés européens proches de nous, et une simplification administrative radicale ! Il y a 15 ans, pour un effectif presque comparable, nous avions 1 personne au service du personnel, aujourd’hui nous en avons 3 : ces 2 postes supplémentaires seraient beaucoup plus pertinents au service commercial ou en R & D, chacun le comprend.
Donc allégeons et simplifions, et les entreprises françaises animées avec beaucoup d’énergie et de compétence  par des dirigeants qui ont la passion de l’entreprise créeront beaucoup plus de valeur ajoutée et d’emplois.



Menu

Contactez Orne Développement

 

 

 

Orne Développement est le
service de développement économique
du Conseil départemental de l'Orne

Moteur de recherche

Orne Développement, service de développement économique du département de l'Orne

Liens utiles

Copyright Adlec Conseil, création du site web et marqueur statistiques

© adlec.com