› 
Services aux entreprises ›

Scierie Foucher

  • 220 000 palettes sont fabriquées chaque année (© G. Houdou)
  • Benoît Foucher, gérant de l'entreprise (© G. Houdou)
  • Les palettes sont destinées à toutes les industries, notamment agroalimentaire et du bâtiment (© G. Houdou)

Une entreprise à la pointe

Novembre 2016

Spécialisée dans la fabrication de palettes, la Scierie Foucher développe ses compétences et le transfert du savoir depuis trois générations.

En activité depuis 1925

Benoît Foucher, gérant de l'entreprise Benoît Foucher, gérant de l'entreprise (© G. Houdou)

Créée à Lonlay-l'Abbaye en 1925, la première scierie de Paul Foucher est d'abord alimentée par un moteur à essence, puis une machine à vapeur.

Une activité secondaire destinée au débit de bois à façon pour les agriculteurs de la commune "Mon grand-père a ensuite transféré et développé cette activité à St Bômer les Forges", raconte Benoît Foucher qui dirige aujourd'hui l'entreprise, succédant ainsi à son père Yves depuis 2004.

"Plusieurs extensions ont été réalisées durant ces années. Des agrandissements successifs et l'installation de diverses machines ont permis d'optimiser l'outil de production spécialisé dans la fabrication de palettes pour l'industrie agroalimentaire, du bâtiment ou générale".

 

13 000 m3 de grumes chaque année

Installée en 2016, la scie de tête à grumes limite les chutes Installée en 2016, la scie de tête à grumes limite les chutes (© G. Houdou)

"Nous favorisons l'approvisionnement local avec des exploitants forestiers du secteur, mais notre réseau de fournisseurs est assez large".

L'entreprise se qualifie ainsi comme une scierie moyenne. "Nous débitons 12 000 m3 de grumes chaque année, dont 9 000 m3 de bois de peuplier destinés à la conception de palettes en tous genres, soit environ 150 références.

Nous assurons également la production de sciage de résineux pour le bois de charpente, de bastaings et de chevrons destinés aux artisans".

En 2013, l'acquisition d'un séchoir et d'une raboteuse va lancer une nouvelle production auprès des artisans et des particuliers. "Avec cet investissement, nous proposons des planches de bardage, des lames et des dalles de terrasse en pin douglas, un bois prêt à poser et naturellement traité".

Et de préciser : "Depuis la création de la scierie, nous travaillons avec les artisans de la région et quelques particuliers. Un marché de proximité qui représente aujourd'hui un nouvel axe de développement".

 

Souplesse et réactivité

L'assistance informatique permet aujourd'hui d'optimiser le rendement L'assistance informatique permet aujourd'hui d'optimiser le rendement (© G. Houdou)

Des investissements réguliers sont ainsi entrepris depuis 1998, "autant sur l'extension des bâtiments, du stockage que sur le parc machines, notamment pour la mécanisation de la fabrication des palettes".

En 2010, la modernisation du site passe par l'installation d'une ligne de triage, puis d'une ligne de découpe, d'écorçage et d'un détecteur de métaux permettant de travailler 50 à 55 m3 par jour.

Dans ce marché concurrentiel, l'entreprise favorise la souplesse et la réactivité. "Nous assurons la conception de petites et de moyennes séries, allant de 15 à 2 000 exemplaires pour une clientèle située dans un rayon de 250 kilomètres".

Benoît Foucher précise : "Nous privilégions la souplesse à la productivité en adaptant l'outil de travail au profil de notre clientèle".

Avec un chiffre d'affaires stable, le dirigeant reste vigilant et prudent dans la gestion de son entreprise. "Depuis quelques années, nous devons faire face au développement du bois énergie et au marché asiatique très attiré par le bois français qui met à mal les scieries qui travaillent les feuillus".

 

"Nous sommes bien chez nous"

L'entreprise emploie 13 personnes L'entreprise emploie 13 personnes (© G. Houdou)

Au début de l'année, l'acquisition d'une scie de tête à grumes a quelque peu modifié la façon de travailler.

"L'œil et l'expérience du scieur sont désormais complété et assisté par la vision laser et l'informatique, mais c'est toujours l'homme qui manipule cette machine.

Quatre personnes ont d'ailleurs été formées sur ce nouveau matériel qui optimise les rendements en diminuant les chutes".

Recrutés localement, les employés sont formés en interne pour maîtriser tous les postes de travail. "Avec moi et mon épouse, nous employons 12 personnes dont certaines travaillent ici depuis de nombreuses années".

Historiquement implantée dans ce Bocage Domfrontais, la scierie bohamadienne poursuit sa route et imagine l'avenir.

Un avenir constaté par les visiteurs et les enfants des écoles à l'occasion du Mois du bois proposé en octobre dernier. "Nous sommes bien chez nous", affirme Benoît Foucher. "La filière bois du département se porte bien, notamment avec Profession Bois, l'organisme de l'interprofession de la Région et la DRAF (Direction régionale de l'agriculture et de la forêt) qui nous a accompagné dans le montage de divers dossiers de développement".


Menu
Orne Développement, service de développement économique du département de l'Orne

Liens utiles

Copyright Adlec Conseil, création du site web et marqueur statistiques

© adlec.com