› 
Services aux entreprises ›

Norhuil

  • Les 10 000 tonnes de tourteaux sont destinées à l'alimentation animale (© G. Houdou)
  • (Une partie de l'équipe de Norhuil : Nais (à gauche), commerciale, Michel Pottier et son fils Alex© G. Houdou)

Un trésor dans une graine

Octobre 2015

Le sourire constamment aux lèvres, Michel Pottier est intarissable dans un domaine qu'il maitrise parfaitement : l'huile. Une huile de colza 100% naturelle, issue des petites fleurs jaune qui donnent des couleurs au printemps.

Entrepreneur dans l'âme

Michel Pottier, aussi passionné que passionnant (© G. Houdou)

Animé par un fort esprit d'entrepreneur, Michel Pottier décline un parcours professionnel d'une richesse peu commune.
Formé à Sup de Co et aux Etats-Unis, puis à l'Ecole supérieure d'ingénieurs en agroalimentaire de Brest, le jeune homme originaire de Passais-la-Conception est issu du milieu agricole et le revendique. "J'ai débuté ma carrière chez Sopexa aux Etats-Unis, puis chez Cargill en tant que trader en huile".
Une carrière professionnelle d'une vingtaine d'années avant de décider de voler de ses propres ailes. "Je suis resté dans le négoce de 2006 à 2008, mais en indépendant".

Le passagien avait une idée bien précise en tête et un bon carnet d'adresses pour lancer une production sur les terres familiales. "Avec la création d'une usine de trituration, la première goutte d'huile de colza est sortie de la presse en 2008".
Une seconde presse est installée en 2010 permettant de doubler les volumes. Un investissement d'un million d'euros.

 

Une huile 100% naturelle

Convaincu par le respect de la matière et le développement durable, Michel Pottier s'impose un cahier des charges strict et des circuits courts. Pas question d'importer du colza de Chine ou du Canada. "Le meilleur est à ma porte. Je travaille avec des producteurs d'une zone située entre Caen et Le Mans".

Aujourd'hui, 14 000 tonnes de graines de colza passent chaque année par une phase de trituration. "Nous produisons 4 000 tonnes d'huile brute première pression et 10 000 tonnes de tourteaux destinés à l'alimentation animale et l'industrie alimentaire".

Obtenue après une micro-filtration (1 micron), l'huile est commercialisée pour divers secteurs : alimentation animale et industrie alimentaire, usages techniques, bio-carburants et consommation directe sous les marques Olza et Le Manoir du Bocage.

 

Process simple, mais rigoureux

Les graines de colza sont débarrassées des impuretés (© G. Houdou)

Ici, pas de raffinage, de traitement chimique ou de solvant... "Le processus est simple pour que l'huile conserve ses propriétés en oméga 3, oméga 6 et en vitamine E.
Nous utilisons des moyens mécaniques traditionnels pour entraîner une première pression à froid à température ambiante.
Cette huile vierge renferme ainsi tous les principes nutritifs essentiels".

A la simplicité s'additionne une solide rigueur, d'abord dans la sélection des graines issues de l'agriculture raisonnée et dans ce process artisanal.
"La dernière phase est obtenue grâce à un gâteau de tourteau qui filtre l'huile à 1 micron permettant de conserver les meilleurs principes du produit".

 

Du Bocage au Moyen-Orient

14 000 tonnes de graines de colza sont
écrasées chaque année (© G. Houdou)

Lauréat des Trophées de l'Innovation Agroalimentaire Normands en 2013, l'huile de Michel Pottier est aujourd'hui référencé dans quelques grandes enseignes de la GMS, les restaurants, La Ruche qui dit oui et à Rungis fournisseur des épiceries fines parisiennes.

"Nous fournissons également des tourteaux aux éleveurs de chevaux du Moyen-Orient ou pour les dromadaires de concours. Des négociations sont en cours avec la Chine".

Avec ces produits haut de gamme, Michel Pottier vise un autre marché pour la cosmétique et souhaite avec son fils développer la gamme Le Manoir du Bocage. "Nous avons créé une ligne d'embouteillage cette année dans un autre atelier".

Norhuil emploie 5 personnes et d'autres projets se dessinent avec la création de deux nouvelles lignes de production et probablement un agrandissement.

Le chef d'entreprise ne manque pas de souligner les aides du Conseil départemental, de la Région et de l'Europe, "ainsi que le soutien des techniciens d'Orne Développement et de Christine Désert avec l'ADECO".

Et la boucle est bouclée. Installé dans la ferme familiale, le producteur d'huile est aussi agriculteur et nourri ses animaux... aux tourteaux de colza.


Menu
Orne Développement, service de développement économique du département de l'Orne

Liens utiles

Copyright Adlec Conseil, création du site web et marqueur statistiques

© adlec.com