› 
Services aux entreprises ›

Happy Crackers

  • Muesli detox à la betterave pour chien (© G. Houdou)
  • Valérie Maupas aux côtés de son champion, Seigneur Kervec (© G. Houdou)

Des graines de champions

Février 2017

Cavalière et éleveuse de chevaux de sport, Valérie Maupas applique une attention particulière à l'alimentation de ses champions. Une réflexion à l'origine de la création de son entreprise : Happy Crackers.

De l'hôtellerie de luxe à la campagne percheronne

Valérie Maupas aux côtés de son champion, Seigneur Kervec Valérie Maupas aux côtés de son champion, Seigneur Kervec (© G. Houdou)

Formée dans la finance et commissaire aux comptes, puis consultante dans l'hôtellerie et la restauration de luxe, Valérie Maupas a ensuite dirigé une agence de marketing à Paris. Mais la passion du cheval de cette cavalière de compétition a été plus forte.

Eleveuse au haras de la Blanchardière et propriétaire de Seigneur Kervec, étalon champion de France, Valérie Maupas a créé une friandise inattendue. "C'est en constatant que mon cheval recrachait sa nourriture que l'idée a fait son chemin. J'ai fabriqué des biscuits maison, cette fois très appréciés".

Entrepreneuse dans l'âme et animée par un esprit de compétition, la cavalière décide d'aller plus loin et lancer une production artisanale. "J'ai contacté le meilleur spécialiste de l'alimentation bio et de la raw food (cru et peu cuit) destinée aux humains, mais cette certification n'existait pas pour les chevaux".

 

Un séchage basse température

Le séchage basse température préserve les nutriments essentiels Le séchage basse température préserve les nutriments essentiels (© G. Houdou)

"Tenez, goûtez et dites-moi ce que vous en pensez". La dégustation est inattendue, mais se révèle surprenante et finalement excellente.

Initialement destinés aux chevaux, les crackers bio inventés par Valérie Maupas se dégustent comme une petite friandise, que l'on soit chien ou... humain.

Après six mois de mise au point, de recherches et de rencontres, les recettes se dessinent : des aliments naturels et biologiques, non transformés sans additifs et sélectionnés pour leur potentiel thérapeutiques. "Pour préserver les nutriments essentiels, j'ai créé un laboratoire et investi dans un séchoir basse température qui conserve l'intégrité des aliments".

Orge, avoine, sarrasin et graines de lin composent tout ou partie de la base des recettes. Salées ou sucrées, des notes carotte/curcuma, betterave, pomme acidulée, cidre ou fleur de coco... donnent un snacking 100% végétal à la texture croustillante. "Une formule Love + Care : je t'aime donc je prends soin de toi".

 

La passion source de modèle économique

Chevaux ou chiens, Happy Crackers décline une gamme de différents parfums Chevaux ou chiens, Happy Crackers décline une gamme de différents parfums (© G. Houdou)

Partant du principe qu'une alimentation saine forme la base d'une bonne croissance et de performances, Valérie souhaite, "faire évoluer l'alimentation de ces athlètes de haut niveau" et créer un snacking healthy et friendly 100 % naturel, vegan et éthique.

Certifié bio depuis l'été dernier, la production de Happy Crackers se décline aujourd'hui dans plusieurs formules destinées aux chevaux et aux chiens. "Nous testons de nouvelles formules pour enrichir la gamme".

Mais au-delà des formules, le marketing tient une place prépondérante dans la commercialisation des produits. Des produits disponibles sur le site internet (www.happycrackers.bio), mais également dans certaines cliniques vétérinaires, magasins spécialisés et boutiques à Paris.

"Nous travaillons avec des revendeurs en Belgique, Angleterre, Suède, Suisse et aux Etats-Unis. Nous sommes également présents sur le terrain à l'occasion d'évènements équestres nationaux et internationaux. Par ailleurs, nous reversons 10% des bénéfices pour soutenir les actions de la SPA".

 

"J'ai réinventé mon métier !"

Avec l'orge, l'avoine et les graines de lin, ce crackers est parfumé à la carotte et au curcuma Avec l'orge, l'avoine et les graines de lin,
ce crackers est parfumé à la carotte et au curcuma (© G. Houdou)

Tombée sous le charme du Perche depuis une dizaine d'années, Valérie Maupas n'envisageait pas de développer son activité ailleurs.

"J'apprécie les atouts de l'Orne et cet univers naturel. Nous évoluons au cœur des haras et de cette terre de cheval".

Et de reconnaître : "La proximité des axes routiers que sont la N12 et l'A28 facilite nos déplacements et ceux de nos clients".

La production journalière se décline aujourd'hui entre 20 kg et 30 kg empaquetée en sachets de 300g.

"Dès que notre référencement est en place, j'envisage de produire entre 80 et 100kg/jour et créer 2 ou 3 emplois". Mais cette chef d'entreprise volontaire souhaite aller plus loin et produire ses céréales sur le domaine. "J'ai inventé un métier !".

 

Clin d'œil historique...

Originaire de Mortagne-au-Perche, Henry-François Maillard a fait fortune aux Amériques dans la confiserie et la pâtisserie.

En 1852, il prête un somme d'argent conséquente à son ami Aristide Boucicaut de Bellême pour la création du Bon Marché à Paris.

Revenu en France en 1891, il séjourne avec sa femme dans le château qu'il a fait construire à Champeaux-sur-Sarthe. Ce même domaine qui abrite aujourd'hui le laboratoire de Valérie Maupas. Et comme un clin d'œil à l'histoire, on y fabrique des pâtisseries équines, aujourd'hui distribuées... au Bon Marché !


Menu
Orne Développement, service de développement économique du département de l'Orne

Liens utiles

Copyright Adlec Conseil, création du site web et marqueur statistiques

© adlec.com